Anima Cappiata
Pace hè pace

Jean-Bernard Filippi

Les chats,

surveillants d’un ordre à leur mesure,

veillent au grain.

Un pas de plus vers sa maison

et l’homme s’attable à ce qui fera son quotidien.


Renouer avec tout ce qui a été et sera.

Se libérer aussi,

afin de s’abreuver à d’autres sources que celles des clans,

démanteler les certitudes de haine.

Accepter l’autre tel qu’il est.

Ne plus voir les ombres harceler les ombres.

Faire confiance sans même que Dieu intervienne,

simplement par soi-même et l’ultime jugement de ses fils.


Après, tout sera joué.

L’homme pourra,

l’homme dansera peut-être,

même si les vieilles rancunes inondent les plus faibles,

même si le village a dit et que les salutations sont fausses.

L’homme dansera,

il dira la générosité la plus vive et les lendemains,

il dira tout ce qui est juste,

il dira le crépuscule des armes.



Commentaires (0)
Novu cumentu :